Accueil > Les ateliers > Principes fondateurs > Réemploi et de revalorisation des vélos

Réemploi et de revalorisation des vélos

Les ateliers tentent de donner une nouvelle vie à ces vélos selon le principe des 3R (Réduire les déchets, Récupérer les pièces détachées, Recycler les matières premières) et participent à la mise en œuvre d’une économie circulaire du vélo.

Les vélos abandonnés ne sont pas des déchets

Les ateliers vélo naissent souvent du refus du gaspillage et la volonté de revaloriser des vélos jetés qui peuvent être réparables ou bien de récupérer les pièces détachées.

La récupération de vélos à Concarneau par le C.R.A.D.E.

Les ateliers vélo cherchent donc à récupérer un maximum de vélos afin d’éviter qu’ils atterrissent en déchetteries. Les vélos sont ensuite diagnostiqués pour voir s’ils peuvent être remis en circulation ou bien d’être démontés pour grossir le stock de pièces détachées.

D’expérience, on constate qu’en récupérant une dizaine de vélos, on peut remettre entre six et sept vélos dans la rue. Les vélos qui sortent des ateliers sont donc fabriqués à partir d’objets (vélos et pièces détachées) abandonnés. Ainsi, leur production ne nécessite pas de nouvelles matières premières et évite l’accumulation de déchets.

Les pièces détachées sont une richesse locale

Au vingtième siècle, l’Europe produisait énormément de vélos qui sont encore en circulation. Ces vélos, de très bonne manufacture, peuvent être utilisés pendant encore de nombreuses années.

Dans les ateliers vélo, on trouve des pièces détachées qu’on ne trouve nulle part ailleurs. Ce stock de pièces détachées permet de garantir sur une plus longue période l’usage des vélos. L’achat de pièces neuves et la réparation chez un vélociste pouvant très rapidement coûté plus cher que le vélo lui-même.

La mise en place d’une économie circulaire du vélo

Les ateliers vélo participent à l’éducation à l’environnement et au recyclage. Les plus jeunes comme les adultes peuvent y appréhender les gestes éco-citoyens de réduction des déchets (choix de consommation, entretien des objets, produits de seconde vie, tri, etc.).

Véritables Ressourceries spécialisées, les ateliers sont des lieux de démonstration sur la faisabilité pour une filière de mise en place d’une économie circulaire. Sur de nombreux territoires, les ateliers coopèrent avec les vélocistes qui ont une exigence de qualité plus forte vis-à-vis des déchets.

Les ateliers vélo de L’heureux Cyclage appellent à être reconnus pour leurs actions et demandent à conventionner avec les collectivités locales en charge du ramassage et du traitement des déchets pour établir une économie circulaire.