Accueil > Ateliers > Actualités des ateliers > Place au vélo parmi les signataires de l’Appel Cop26Cycling

lundi 22 novembre 2021, par Florent

Aux côtés de la FUB et de l’AF3V, deux de nos fédérations nationales, Place au Vélo a signé l’appel “Cop26Cycling” (traduit en Français ci-dessous).

Lettre aux gouvernements à la COP26

Les dirigeants mondiaux doivent s’engager à augmenter les taux d’utilisation du vélo pour réduire les émissions de carbone et atteindre les objectifs climatiques mondiaux rapidement et efficacement.
Le monde a besoin de beaucoup plus de vélos si nous voulons lutter contre le changement climatique. Sans une action plus rapide et plus déterminée des gouvernements du monde entier pour réduire les émissions de carbone des transports, nous condamnerons les générations présentes et futures à un monde plus hostile et beaucoup moins habitable.

C’est pourquoi nous, les 350 organisations soussignées, appelons vivement tous les gouvernements et dirigeants participant à la 26e Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP26) à Glasgow à s’engager à augmenter considérablement le nombre de personnes qui font du vélo dans leur pays. Les gouvernements peuvent le faire en construisant davantage d’infrastructures cyclables de haute qualité, en intégrant le vélo aux transports publics, en améliorant la sécurité routière et en mettant en œuvre des politiques qui encouragent les particuliers et les entreprises à remplacer les déplacements en voiture par des déplacements à vélo et d’autres modes comme la marche et les transports publics. Promouvoir et permettre la mobilité active doit être la pierre angulaire des stratégies mondiales, nationales et locales pour atteindre les objectifs de zéro carbone net.

À l’échelle mondiale, le transport est responsable de 24 % des émissions directes de CO₂ provenant de la combustion de carburant. Les véhicules routiers représentent près des trois quarts des émissions de CO₂ des transports, et ces chiffres ne diminuent pas. Outre les niveaux insoutenables d’émissions de CO₂ qui détruisent le climat de la Terre, les véhicules routiers polluent notre air à des niveaux sans précédent, tuant environ sept millions de personnes dans le monde chaque année.

Le rapport spécial du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) « Réchauffement global de 1,5 °C » a identifié l’usage du vélo comme une voie pour assurer un monde sûr et durable pour tous, maintenant et à l’avenir. L’utilisation du vélo ne produit aucune émission et le cyclisme a des impacts socio-économiques positifs de grande envergure en plus d’une réduction de la pollution.

Le cyclisme représente l’un des plus grands espoirs de l’humanité pour un virage vers un avenir zéro carbone. De nouvelles recherches montrent que les émissions de CO₂ du cycle de vie diminuent de 14 % par trajet à vélo supplémentaire et de 62 % pour chaque trajet en voiture évité. Passer d’une voiture à un vélo permet d’économiser 150 g de CO₂ par kilomètre. Les vélos cargo électriques réduisent les émissions de carbone de 90 % par rapport aux petits utilitaires diesel. Échanger la voiture en ville contre la marche et le vélo, ne serait-ce qu’un jour par semaine, peut réduire votre empreinte carbone d’environ une demi-tonne de CO₂ sur un an. La création de synergies avec d’autres modes de déplacement tels que les transports publics peut considérablement améliorer ce potentiel.

Notre monde est en feu. Nous devons de toute urgence tirer parti des solutions offertes par le vélo en intensifiant radicalement son utilisation. Ce dont nous avons besoin maintenant, c’est que les gouvernements s’engagent politiquement et financièrement en faveur d’un cyclisme plus sûr, plus intégré et équitable pour tous ceux qui vivent dans nos pays, villes et régions. Nous exhortons tous les gouvernements et dirigeants à la COP26 à :

  • Déclarer des engagements pour augmenter de manière significative les niveaux de cyclisme dans leur pays. Cela peut être fait par :
    • Promouvoir le cyclisme sous toutes ses formes, y compris le cyclotourisme, le cyclisme sportif, le partage de vélos, aller au travail ou à l’école et pour faire de l’exercice
    • Reconnaître le vélo comme une solution climatique, établir un lien clair entre la façon dont une augmentation des déplacements à vélo et une diminution des déplacements en voiture privée réduisent les émissions de CO₂
    • Créer et financer des stratégies nationales de cyclisme et collecter des données sur le cyclisme pour savoir où des améliorations peuvent être apportées aux infrastructures et à l’utilisation
    • Concentrer les investissements sur la construction d’infrastructures cyclables sûres et de haute qualité et sur des incitations pour les communautés historiquement marginalisées du cyclisme
    • Offrir des incitations directes aux particuliers et aux entreprises à passer de l’automobile au vélo pour une plus grande partie de leurs déplacements quotidiens
    • Construire des synergies avec les transports publics et favoriser les solutions de mobilité combinée pour un écosystème multimodal capable de couvrir tous les besoins des utilisateurs sans dépendre d’une voiture particulière
  • S’engager collectivement à atteindre un objectif mondial de niveaux de cyclisme plus élevés. Plus de vélo dans une poignée de pays ne suffira pas à réduire les émissions mondiales de CO₂. Tous les pays doivent contribuer, et ces efforts doivent être suivis au niveau des Nations Unies.

Il n’y a aucun moyen concevable pour les gouvernements de réduire les émissions de CO₂ assez rapidement pour éviter le pire de la crise climatique sans beaucoup plus de cyclisme. Le vélo est l’une des meilleures solutions dont nous disposons déjà pour garantir que notre planète soit habitable pour toutes les générations à venir.

Voir en ligne : https://placeauvelo.org/place-au-ve...