Accueil > À répartir > Réemploi > Vélo : le réemploi, vecteur d’un nouveau modèle économique ?

Au lendemain de la table ronde nationale sur le réemploi des cycles qui s’est tenue le mardi 19 novembre à Ivry-sur-Seine, le réseau L’Heureux Cyclage se félicite d’avoir suscité le dialogue entre acteurs du vélo et acteurs du réemploi réuni autour de Dominique Lebrun, coordonnateur interministériel pour le développement de l’usage du vélo. Enjeu économique autant qu’écologique, le cycle de vie des vélos sera ajouté aux thématiques discutées pour le Plan national d’action pour les modes actifs.

Une première coordination des acteurs de la filière

Cette table ronde a réuni autour de Dominique Lebrun, coordonnateur interministériel pour le développement de l’usage du vélo, des représentants du Club des Villes et Territoires Cyclables, de la FUB, du réseau AMORCE, de l’ADEME, de l’Institut de l’économie circulaire, d’Emmaüs France, de France Nature Environnement, de la Ville de Paris, du SYCTOM, d’élus locaux, d’ateliers vélo participatifs et solidaires et de vélocistes.

À travers un état des lieux sur la filière vélo en France, et des éclairages sur les dynamiques locales de réemploi, les participants auront ensemble constaté les atouts de mise en œuvre d’une économie circulaire du vélo que ce soit pour les professionnels du cycles, les cyclistes et les collectivités locales.

Pour poursuivre la coordination de tous les acteurs au niveau national, le cycle de vie des vélos sera ajouté aux thématiques discutées pour le Plan national d’action pour les modes actifs.

Prolonger la durée de vie pour booster le secteur économique

À l’unanimité, les participants ont exprimé leur inquiétude quant à l’avenir économique de la filière cycle : la configuration actuelle du marché du neuf est dominée par des produits de basse qualité, en grande partie importés et vendus en grande surface à bas prix. Exception française, cette structuration du marché nuit aux objectifs de développement du vélo, autant qu’à ceux de réduction des déchets : les consommateurs s’équipent de vélos inadaptés à leur usage, les professionnels voient leur prix de vente tirés vers le bas, les vélos sont de moins en moins réparables, et les vélos abandonnés finissent en déchèterie.

La pré-étude sur les filières locales de réemploi réalisée par L’Heureux Cyclage avec le soutien de l’ADEME a évalué à 1,5 million le nombre de vélos adultes finissant chaque année en déchèterie alors que 2 millions d’unités sont vendues par an pour alimenter un parc de près de 27 millions de bicyclettes.

Une besoin de coordination nationale et de développement d’expérimentations locales

Les travaux qui seront menés dans le cadre du groupe de travail du plan national d’action pour les modes actifs permettront d’enclencher un travail de fond sur l’espérance de vie des cycles, depuis le marché du vélo neuf en passant par le marché d’occasion, la réparation, le réemploi et le recyclage.

Si la mise en place d’une filière Responsabilité Élargie du Producteur (REP) ne semble pas du tout adapté, il convient d’évaluer les enjeux socio-économiques de la filière et d’envisager des perspectives de structuration du secteur au niveau national et de développement de filières locales de réemploi.

À l’image des partenariats qui ont vu le jour à Ivry-sur-Seine où la ville s’est engagée auprès de l’ADEME dans un Programme Local de Prévention des Déchets (PLPD). Depuis plusieurs mois, la mairie, le SYCTOM, la communauté Emmaüs Liberté, et la Cyclofficine d’Ivry, en partenariat avec d’autres structures, visent à développer une filière locale de réemploi des cycles afin de contribuer aux objectifs de réduction des déchets et d’augmentation de l’usage du vélo. Premier constat : cette économie circulaire est créatrice de lien social !

Contact

Élodie CHABERT
Coordinatrice de projet sur le réemploi des vélos

Documents joints


Envoyer un message